26/08/2004

D'ACCORD !

Une fois n'est pas coutume, CLUBus est d'accord avec une idée du TEC !
Lu dans le Soir :
Mobilité Le TEC Liège-Verviers a décidé de supprimer, dès septembre 2005, le libre-service
Montez dans le bus, à l'avant SVP
26 août 2004 -

Les campagnes de lutte contre la fraude et les contrôles intensifs n'ont pas suffi. Le TEC va supprimer l'accès libre aux bus. Les avis des usagers sont mitigés.

PHILIPPE BODEUX

Après avoir généralisé, depuis près de 20 ans, le libre-service, le TEC Liège-Verviers a décidé de faire marche arrière. Dès septembre 2005, l'accès par toutes les portes du bus sera limité à la seule porte avant. Le chauffeur - qui a, en principe, également un rôle de contrôleur - devra à nouveau contrôler tous les tickets et autres abonnements des usagers qui monteront à bord de son véhicule. La mesure est inspirée de ce qui se pratique déjà dans les transports bruxellois de la STIB et vise non seulement à lutter contre la fraude mais également à rendre au chauffeur un rôle plus actif dans le rapport à la clientèle.

Malgré nos campagnes et les contrôles accrus, la fraude reste importante, souligne Isabelle Mewissen, directrice du TEC Liège-Verviers, qui l'estime à 4 %. Nous avons observé qu'en France et à Bruxelles la suppression du libre-service est bénéfique. Elle (re)donne au chauffeur une maîtrise qu'il avait un peu perdue et, par là, est susceptible d'améliorer la sécurité. À Verviers, par exemple, où le libre-service n'a pas été supprimé, le taux de fraude est nettement moins important.

Les représentants syndicaux applaudissent à deux mains. En particulier la CSC qui a dressé un tableau global des mesures positives prises par la direction du TEC en matière de sécurité. A côté de la fin du libre-service on trouve ainsi un contrat à passer prochainement entre le TEC et la police liégeoise pour organiser des patrouilles régulières dans les bus. Autre mesure louée par le syndicat chrétien : l'installation au dos des bus de messages de détresse à actionner en cas d'urgence. Pour nous, l'insécurité est liée à la fraude, explique la délégation syndicale emmenée par Alain Libioul, délégué principal et Christian Fagnoul permanent CCSP qui insistent, dès à présent, pour que l'application de la fin du libre-service se fasse dans les meilleures conditions. Pour la CGSP, syndicat majoritaire au TEC, la fin du libre-service est une vieille revendication qui devrait avoir le mérite de diminuer le « je-m'en-foutisme » de certains voyageurs vis-à-vis des chauffeurs en qui ils ne reconnaissent plus aucune autorité, déclare Claudy Vickevorst, permanent CGSP qui estime qu'à Bruxelles ce « retour en arrière » ne se passe pas trop mal. D'ores et déjà, la direction du TEC a prévu des groupes de travail pour mettre en musique la nouvelle mesure.

Quoi qu'il en soit, la « montée à l'avant » va diminuer la vitesse commerciale des bus, grand cheval de bataille des TEC ces dernières années. Ça ne nous gêne pas, déclare tout de go Christian Fagnoul. Pour nous, la vitesse commerciale n'est pas une priorité. Le TEC n'a qu'à remettre 1 ou 2 bus en plus pour pallier le fait que les bus roulent moins vite. Du côté de la direction, on envisage une certaine tolérance lorsqu'il s'agit de faire monter 50 personnes dans le bus. Dans ce cas, le chauffeur pourra ouvrir les portes à l'arrière, affirme Isabelle Mewissen.


12:16 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/08/2004

Certains chauffeurs des TEC devraient suivre une formation

Hier un de mes amis s'embarque vers midi dans le bus 6 au départ de la Gare Léopold à Liège, comme il ne sait pas bien où descendre pour venir chez moi il demande au chauffeur de l'arrêter à l'Eglise de Cheratte comme je l'ai indiqué à cet ami. Las, le chauffeur le fait descendre près de l'église de...Wandre et comme c'est rue de Visé aussi mais sur Liège, il est à hauteur du numéro 400 et quelques. Logique, mon copain remonte la rue de Visé vers le n° 198 où j'habite théoriquement puisqu'il croit être à Cheratte. Raté, il finit s'apercevoir qu'il est en sens inverse et que Cheratte est à ce moment à trois bons kilomètres de chez moi. Comme il est bon marcheur il finit par arriver à Cheratte après un détour de près de 7 kms à pied. Ne peut-on pas donner des cours de géographie aux chauffeurs des TEC ?

08:20 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

21/08/2004

Cinq semaines de travaux !

La rue de Visé à Cheratte bloquée durant au moins 5 semaines à cause du passage du Pipe-line de l'Otan à hauteur de l'usine des Aciéries de la Meuse, tiens donc un pipe line qu passe directement à 2 mètres sous le parking d'une usine. Mais rassurez-vous : il est d'un diamètre moins large que celui de Guyslenghien et puis il ne charriera que du kérozène, qui est - parait-il - beaucoup moins dangereux que le gaz.
Durant au moins 5 semaines donc déviation de toute la circulation vie la rue Bastin à Wandre. Si au niveau de la ligne 40a, pour une fois, il n'y a rien à dire par contre au niveau de la ligne 6, par contre, les Wandruziens y perdent.
En effet le 6 du fait de cette déviation évite le centre de Wandre, alors qu'il aurait été matériellement possible de faire une petite boucle pour desservir au moins l'arrêt provisoire établi pour le 40a sur la rue de Visé à hauteur de l'école gardienne.
Encore des victimes "co-latérales" des frappes américaines !

10:48 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/08/2004

Vas te faire voir chez les TEC !

Vous savez que j'organise les Journées du Patrimoine à Cheratte, ce n'est pas un événement qui rapporte financièrement à ses organisateurs amoureux de leurs projets, de leur village, de leurs vieilles pierres, on peut même dire qu'ils s'y (et y) investissent sans compter. Les TEC sont parmi les sponsors patentés des Journées du Patrimoine, ils y participent en mettant quelques bus à disposition de certains circuits dans chaque province : 1 dans le Brabant-wallon, un en province de Namur, un en province de Luxembourg, un en province de Liège (entre Clavier et Anthisnes) et deux dans le Hainaut. Pour cela il y a un budget spécial à la Région Wallonne et il faut s'y prendre longtemps à l'avance pour mettre sur pied la chose. Naïvement, votre serviteur - qui n'est pas introduit dans les sphères du pouvoir -  écrivit à la Directrice des TEC de Liège pour lui demander un soutien quelconque et pas seulement l'organisation d'un tel circuit, disons que c'était un soutien quelconque dans la mesure des moyens de la sociétér. Et bien bernique nique nique, c'est NADA " Les contraintes budgétaires auxquelles nous sommes astreints ne nous permettent des lors pas de nous associer à d'autres manifestations organisées dans le cadre de cet événement."
Voila j'aurais dû m'adresser aux TEC pour leur demander un soutien financier pour un concours de lancer de capsules de Jup à l'arraché dentaire-craché ou n'importe quoi d'autre, il y aurait peut-être eu une "rawette" de budget pour.
Sérieusement, quand je lis ce texte stéréotypé je me demande comment font des volées d'organisateurs d'événements en tous genres pour plaquer le logo du TEC sur leurs publicités alors que ceux-ci sont tellement contraints budgétairement...
Bête que je suis, c'est par solidarité ! Les organisateurs d'événements mettent sur leurs affiches, programmes, invitations le sigle des TEC pour aider ceux-ci à conquérir le public ! C'est du sponsoring inversé ! Eureka, je deviens intelligent !

07:48 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |