26/11/2004

Lu dans LE SOIR du 26 novembre 2004 :

Le trafic ferroviaire est fortement perturbé en région liégeoise et sur la dorsale wallonne suite à un arrêt de travail des conducteurs de train des gares de Liège et de Kinkempois. La durée de ce mouvement n'est pas encore connue.

Le mouvement d'humeur résulte de la réorganisation interne des prestations des conducteurs de train et dont la mise en place est prévue en décembre prochain. Paradoxalement, la charge de travail se voit quelque peu réduite, et dans le même temps se voit concentrée dans une période de temps très courte, souligne le permanent syndical CGSP Ghislain Rompen. Résultat: les cadences de travail vont devenir infernales et insoutenables. En outre, de par la concentration de la charge de travail, plusieurs conducteurs ne bénéficieront plus de primes diverses liées à la prestation de certaines tâches particulières ou du fait de la simple pénibilité du travail. Nous, nous ne sommes pas d'accord, d'où le mouvement d'humeur de vendredi matin.

Les grévistes réclament une révision du système prévu pour septembre afin de garantir des conditions de travail humaines, entre autres, dit encore le syndicaliste. Des négociations sont d'ores et déjà en cours à Bruxelles entre syndicats et direction de la SNCB pour tenter de dégager une solution satisfaisant les parties.

Dans l'intervalle, 50% des trains circulent dans la région, à savoir les trains pilotés par les conducteurs d'autres dépôts que Liège et Kinkempois (dans la périphérie liégeoise). Si la ligne Verviers-Liège-Bruxelles enregistre de faibles perturbations, c'est principalement la dorsale wallonne (Liège-Namur-Charleroi) qui fait les frais de l'action.

Quelque 170 conducteurs travaillent sur les deux sites ferroviaires de Liège et de Kinkempois. Quarante d'entre eux étaient en service vendredi matin (D'après Belga)


20:35 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.